Coindivisaire

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2021

Sommaire

Le coindivisaire détient des droits sur un bien, sans détenir physiquement le bien dans son intégralité.

Coindivisaire : définition

Le coindivisaire – ou propriétaire indivis – est la personne qui détient des droits sur un bien, en concours avec les autres coindivisaires ; chaque coindivisaire détient une « quote-part » abstraite du bien.

Concrètement, sont coindivisaires par l'effet de la loi :

  • les héritiers, de l'ouverture de la succession au partage des biens ;
  • les époux qui divorcent, du prononcé du divorce au partage des biens communs ;
  • les associés d'une société en liquidation, de la dissolution de la société au partage des actifs.

Sont également coindivisaires les bénéficiaires d'une donation en indivision ou les personnes qui choisissent de faire un achat en indivision.

Droits et obligations du coindivisaire

L'indivision obéit à un régime légal qui vise à protéger les droits de chaque coindivisaire sur le bien.

Ainsi, le coindivisaire perçoit les fruits du bien en indivision : si le bien est loué ou vendu, le coindivisaire reçoit de l'argent, à proportion de la quote-part du bien qu'il détient.

De même, le coindivisaire doit s'acquitter des frais d'indivision à proportion de sa quote-part.

Le coindivisaire qui jouit du bien en indivision doit une indemnité de jouissance à l'autre indivisaire, sauf stipulation contraire dans la convention d'indivision.

Le coindivisaire ne détient pas seul le bien en indivision, il est en concours avec les autres coindivisaires ; dans ces conditions, il n'est pas autorisé à disposer du bien du fait de sa seule volonté : il doit respecter les règles légales de gestion indivision.

Le coindivisaire a le droit de sortir de l'indivision en demandant le partage, à l'amiable ou par voie judiciaire.

Coindivisaire : l'usage privatif d'un bien détenu en indivision

Lorsqu’un bien est en indivision, chaque indivisaire a, en principe, un droit de jouissance sur ce bien. Par conséquent, si l’un d’entre eux en fait un usage privatif ou obtient un droit de jouissance exclusif à la suite d’un jugement, il est redevable d’une indemnité d'occupation.

Le paiement d'une indemnité d'occupation s’impose dès lors que les autres indivisaires sont privés de leurs droits. Il importe peu que cet indivisaire ait l’usage exclusif du bien qu'il occupe.

Le fait que le logement soit habité par une autre personne n’exempte pas d’indemnisation. Dès lors, et suivant une jurisprudence constante, ont été condamnés à payer une indemnité d'occupation :

À défaut d’accord entre les indivisaires ou de partage provisionnel du bien, l’indemnité due par celui qui en a l’usage privatif doit revenir à l’indivision (art. 815-10 du Code civil).

Les indivisaires lésés ont jusqu’à 5 ans pour réclamer une indemnité d’occupation :

  • en cas de divorce, ce délai démarre à compter de la décision prononçant le versement de l’indemnité, dès qu’elle n’est plus susceptible de recours ;
  • dans les autres cas, l’indemnité n’est due que pour les 5 années qui précèdent la demande. Il est toutefois important de rappeler que l’indivisaire qui occupe les lieux peut renoncer lui-même à la prescription.
Indivision

Indivision : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur la gestion de l'indivision
Télécharger Mon Guide

Ces pros peuvent vous aider